UTÉRUS, OVAIRES

Les causes de consultation sont nombreuses en pathologie pelvienne, dominées par les douleurs pelviennes, les ménométrorragies (saignements), les troubles de la fertilité et les troubles de la statique pelvienne (descente d’organes).

L’aspect de l’utérus et des annexes varie chez la femme en fonction :

– de critères morphologiques constitutionnels : utérus antéversé, rétroversé ou intermédiaire ;

– du cycle menstruel : phase folliculaire, ovulatoire et lutéale ;

– de l’âge de la patiente : prépuberté, activité génitale et ménopause ;

– des différents modes contraceptifs et traitements hormonaux.

L’ÉCHOGRAPHIE, EXAMEN DE PREMIÈRE INTENTION

L’échographie pelvienne est l’examen de première intention en imagerie des organes génitaux féminins. Elle nécessite un opérateur expérimenté et du matériel de qualité, c’est pourquoi nous l’exerçons de manière spécialisée à l’IRP sur des appareils à la pointe de la technologie actuelle.

Elle se réalise en général en deux temps : par voix haute abdominale permettant une vue d’ensemble de l’utérus et des annexes (ovaires et trompes) puis par voie basse endovaginale pour une exploration plus précise du col, de l’utérus, des ovaires, des trompes et du péritoine avec une analyse en mode Doppler (qui met en évidence la vascularisation) et en trois dimensions.

AUTRES EXAMENS

Imagerie utérus et ovaires - imagerie de la femme l Institut de radiologie de Paris

L’IRM pelvienne s’est imposée comme l’examen de 2e intention. Il s’agit d’une imagerie en coupes, indispensable pour préciser le diagnostic et la situation anatomique de certaines pathologies.

L’IRM pelvienne

Imagerie utérus et ovaires - imagerie de la femme l Institut de radiologie de Paris

L’examen tomodensitométrique (scanner) est essentiellement réservé au bilan d’extension des pathologies invasives.

L'examen tomodensitométrique

Imagerie utérus et ovaires - imagerie de la femme l Institut de radiologie de Paris

L’hystérosalpingographie (ou hystérographie) reste l’examen de référence pour l’évaluation de la perméabilité des trompes utérines. Elle est réalisée devant toute infertilité de plus de 12 ou 18 mois. Elle doit être effectuée entre le 6e et le 12e jour du cycle.

L'hystérosalpingographie

LES PATHOLOGIES

Imagerie utérus et ovaires - imagerie de la femme l Institut de radiologie de Paris

La cavité utérine et la pathologie endométriale sont très bien explorées par voie endovaginale, (en dehors des rares cas de positionnement intermédiaire de l’utérus qui peut être gênant).

L’échographie permet de détecter des malformations qui sont de l’ordre de 3% en France, le plus souvent de découverte fortuite. L’analyse en trois dimensions permet une reconstruction frontale de la cavité pour déterminer son type précis. L’IRM peut également être utile au diagnostic.

Lors de la pose d’un stérilet dans la cavité utérine, l’échographie permet de rechercher une éventuelle contre-indication préalable, de contrôler sa situation après la pose ou de rechercher des complications à distance.

La pathologie endométriale est dominée par les polypes utérins, souvent responsables de saignements.

La pathologie myométriale est dominée par les myomes, plus communément appelés fibromes utérins, qui concernent 20 à 40% des femmes de plus de 30 ans.
Il s’agit d’une tumeur bénigne, le plus souvent multiple et de découverte fortuite. Ils peuvent être responsables de saignements s’ils sont au contact de la cavité et de pesanteur s’ils atteignent un certain volume. L’échographie pelvienne peut faire la cartographie précise de ces myomes pour leur prise en charge ou leur surveillance ultérieure.
L’adénomyose est aussi une pathologie fréquente notamment entre 35 et 45 ans; elle peut être asymptomatique mais elle est le plus souvent responsable de saignements gênants.

La pathologie ovarienne est fréquente, le plus souvent fonctionnelle aiguë (liée au cycle menstruel) mais parfois organique et plus sournoise. L’échographie, toujours de première intention, permet  bien souvent aux patientes d’éviter une chirurgie inutile en évoquant une origine fonctionnelle.

Lorsqu’il s’agit de formations ovariennes d’allure organique, ou volumineuses et complexes, l’IRM est réalisée en seconde intention, restant la technique de référence pour la caractérisation des tumeurs ovariennes.

Dans le cadre des procédures de PMA (procréation médicalement assistée) qui augmentent en France en raison notamment de la montée des infertilités masculines, l’échographie a toute sa place. Elle se réalise en deux temps avec comptage folliculaire:

– le bilan initial entre J3 et J5

– et après traitement inducteur

Imagerie utérus et ovaires - imagerie de la femme l Institut de radiologie de Paris

Les trompes, à l’état normal, ne sont habituellement pas visualisées. La pathologie est essentiellement infectieuse ou inflammatoire. Les tumeurs sont rares. Le diagnostic de grossesse extra-utérine est une urgence gynécologique qui devra toujours être éliminée chez une femme en période d’activité génitale.

Imagerie utérus et ovaires - imagerie de la femme l Institut de radiologie de Paris

L’endométriose est une pathologie pelvienne bénigne de la femme jeune, fréquente, responsable de douleurs pelviennes chroniques parfois invalidantes et d’infertilité.

C’est le caractère cyclique avec recrudescence en période de règles qui fait évoquer le diagnostic.

Elle résulte du développement d’endomètre (tissu propre à l’utérus) en dehors de son site habituel, au-delà de la cavité utérine.

L’échographie de première intention permet d’évoquer le diagnostic et de localiser les lésions.

C’est le couple échographie-IRM qui permet une cartographie précise de l’ensemble des lésions d’endométriose de façon non invasive et non irradiante.

La prise en charge médico-chirurgicale des patientes suivies pour endométriose a pour objectif de soulager la douleur et de favoriser la fertilité en cas de désir de grossesse.

NOS SPÉCIALISTES

Dr Brigitte MARTIN
Dr Sophie GRIVAUD
Radiologue Paris l Institut de radiologie de Paris
Dr Wladimir OWCZARCZAK
Radiologue Paris l Institut de radiologie de Paris
Dr Catherine LENTSCHENER