ORGANES GÉNITAUX MASCULINS

Les testicules sont une structure glandulaire participant à la production des spermatozoïdes. Leur pathologie est représentée par les affections tumorales, infectieuses et traumatiques. La pathologie de la verge peut être également tumorale et traumatique mais aussi fibrosante dans le cadre de la maladie de Lapeyronie (apparition d’une induration, déformation et dysérection).

De situation superficielle, testicules et verge sont bien explorés par l’examen clinique (inspection et palpation) et si besoin, dans certaines indications précises, par l’échographie grâce à des sondes de haute résolution. L’IRM est une technique de seconde intention.

L’ÉCHOGRAPHIE DES BOURSES

En cas d’hésitation diagnostique ou devant une problématique précise, on peut réaliser une échographie scrotale (des bourses), qui permet d’analyser le testicule, l’épididyme (qui est plaqué contre le testicule et peut également être concerné par un processus infectieux ou inflammatoire) et les vaisseaux (qui peuvent être concernés par un phénomène variqueux dit varicocèle).

Cette exploration nécessite alors l’utilisation d’une sonde superficielle de très haute résolution avec fréquence variable allant de 10 à 15 mégaHertz, couplage en routine du Doppler (couleur, énergie et pulsé) et élastographie. Cette dernière technique permet d’évaluer la consistance plus ou moins ferme d’une anomalie, le plus souvent d’une masse, qui reflète indirectement son degré d’activité.

INDICATIONS DE L’ÉCHOGRAPHIE SCROTALE

Anomalies cliniques à l’examen des bourses

  1. Douleur aiguë : recherche de
    • Inflammation aiguë atypique (orchi-épididymite aiguë)
    • Révélation sur un mode aigu d’une tumeur testiculaire
  2. Grosses bourses chroniques : recherche de
    • Tumeurs du testicule
    • Hydrocèles
    • Pseudo tumeurs
  3. Petit nodule palpable : caractérisation du nodule
    • Nodules extra-testiculaires : les nodules extratesticulaires (des annexes) sont le plus souvent bénins
    • Nodules intratesticulaires : arguments pour la bénignité ou pour une tumeur maligne

Bilan d’infertilité : cryptorchidie opérée, oligotératospermie (recherche d’anomalies de l’épididyme : anomalies congénitales ou acquises), varicocèles.

Troubles hormonaux (hyperœstrogénie : gynécomastie, troubles de l’érection, etc.), adénopathies (périphériques ou profondes), douleurs scrotales unilatérales persistantes et inexpliquées, sans anomalie à l’examen clinique : on recherche alors une tumeur testiculaire non palpable.

Imagerie des organes génitaux masculins l Institut de radiologie de Paris

L’IRM est une technique également non irradiante qui permet une excellente cartographie anatomique sous réserve d’une réalisation rigoureuse dans un centre d’expertise, tel que l’Institut de radiologie de Paris.

C’est une imagerie de deuxième ligne, réalisée après l’échographie en cas de doute sur la topographie d’une tumeur (dans la pulpe du testicule ou son enveloppe) ou pour caractérisation tissulaire plus précise d’un nodule testiculaire.

L'IRM des bourses

Imagerie des organes génitaux masculins l Institut de radiologie de Paris

Comme pour les bourses, la technique de référence est l’échographie avec Doppler et élastographie.

Les principales indications de l’échographie de la verge sont le bilan d’un traumatisme, la recherche d’une plaque ou d’un nodule fibreux d’une maladie de Lapeyronie et le diagnostic d’un nodule fibreux ou tumoral.

L’IRM est prescrite en cas de doute entre une affection fibrosante et une tumeur infiltrante et dans le bilan d’extension d’une tumeur de la verge (le plus souvent située sur le gland).

L'imagerie de la verge

NOS SPÉCIALISTES

Dr Alain DANA
Dr Brigitte MARTIN