IRM

PRINCIPE DE L’EXAMEN

L’imagerie par résonance magnétique (IRM) est un examen qui permet d’obtenir des images très précises en deux ou trois dimensions de l’intérieur du corps. Elle fournit des informations non visibles parfois par les autres procédés d’imagerie, que ce soit la radiographie standard, l’échographie ou le scanner.

Cette technique utilise le fait que nos tissus sont composés à 70% d’eau et la faculté de ses protons d’hydrogène à émettre des signaux quand ils sont soumis à un champ magnétique puis excités par des ondes de radiofréquence. Les protons de ces molécules d’eau vont s’aligner dans la direction du champ magnétique statique qui règne en permanence dans la salle d’examen. Lorsque l’examen commence, des ondes de radiofréquence émises par l’antenne vont stimuler ces protons durant un court laps de temps ; à l’arrêt de la stimulation, les protons reviennent à l’état d’équilibre en restituant l’énergie transmise, sous la forme d’un signal de radiofréquence qui sera réceptionné, traité et reconstitué en images par un système informatique. Ces images peuvent être acquises et/ou reconstruites dans tous les plans de l’espace. Contrairement au scanner qui utilise des rayons X, l’IRM est un examen non irradiant.

DÉROULEMENT DE L’EXAMEN

Pour permettre d’obtenir des images de bonne qualité, on indiquera au patient les vêtements qu’il devra enlever avant l’examen. Il devra également laisser dans la cabine tout objet métallique : porte-monnaie, clefs, bijoux, montre, lunettes, cartes à puce ou bande magnétique, téléphone, barrettes de cheveux. Si l’examen ne provoque aucune douleur, il n’en reste pas moins désagréable pour certaines personnes. L’IRM s’accompagne d’un bruit répété de martèlement. Afin d’atténuer cette nuisance sonore, nous proposons au patient des bouchons d’oreilles ou un casque qui peut diffuser de la musique.

Dans la pratique, le patient est allongé sur le dos sur la table d’examen, équipé autour de la tête d’une antenne. La table se déplace ensuite dans l’appareil qui a la forme d’un tunnel. Le patient doit rester calme, immobile et respirer normalement. Sa coopération conditionne la qualité des images. L’équipe médicale se trouve à l’extérieur de la salle d’examen derrière une vitre, voit le patient pendant tout l’examen et peut communiquer avec lui à l’aide d’un micro. Le patient peut à tout moment appeler grâce à une sonnette placée dans sa main. L’examen dure entre 10 et 20 minutes selon la région anatomique explorée.

Le radiologue analyse les images puis communique le résultat au patient qui repart avec les images imprimées sur papier et gravées sur un CD, ainsi que le compte-rendu du radiologue.

ÉQUIPEMENT

IRM - examen d'imagerie à Paris l Institut de radiologie de Paris

Signa Artist, GE Healthcare, champ à 1,5 Tesla, anneau large (70 cm), mise en service en 2017

PRINCIPALES INDICATIONS

  • Crâne (IRM cérébrale): exploration du cerveau, de ses enveloppes, des espaces liquidiens, de l’hypophyse
  • Moelle épinière (IRM médullaire)
  • Colonne vertébrale (IRM du rachis – cervical, dorsal, lombaire, lombosacré) : exploration des vertèbres, des disques, du canal médullaire, de la moelle épinière, des structures nerveuses (racines).
  • Os, articulations : exploration des os, des articulations et de leur cartilage, des tendons, des muscles.
  • Seins
  • Prostate
  • Abdomen, reins : exploration du foie (IRM hépatique), des voies biliaires (bili-IRM), du pancréas, de la rate, des reins, de l’intestin grêle (entéro-IRM), du rectum
  • Organes génitaux féminins : exploration des ovaires, de l’utérus, du vagin
  • ORL : voies aérodigestives supérieures, langue, oreille interne, conduits auditifs internes (IRM des CAI), glandes salivaires (parotide essentiellement)
  • Orbites
  • Vaisseaux (angioIRM)

EXAMENS PARTICULIERS

AngioIRM Paris l Institut de radiologie de Paris

L’angioIRM est une séquence d’IRM spécifique destinée à obtenir des images uniquement des vaisseaux artériels et veineux d’une région anatomique. Elle peut être réalisée en opacifiant les vaisseaux par l’injection d’un produit de contraste spécifique à l’IRM (dit gadoliné). Pour l’imagerie des artères et veines intra-crâniennes, cette injection n’est pas nécessaire la plupart du temps. L’angioIRM renseigne sur la perméabilité des vaisseaux et leur calibre. L’angioIRM permet de déceler une occlusion, un rétrécissement vasculaire, un anévrisme ou une communication anormale entre artères et veines (malformation vasculaire).

L’angioIRM

IRM - examen d'imagerie à Paris l Institut de radiologie de Paris

Il s’agit d’une séquence d’IRM permettant de visualiser et d’analyser le pancréas, la vésicule et les voies biliaires. Cet examen peut être indiqué dans le cadre de pathologies lithiasiques (calculs), inflammatoires ou tumorales.

Il est demandé au patient de venir à jeun et d’apporter une petite bouteille de jus d’ananas qu’il faudra boire juste avant l’examen dans la cabine de déshabillage.

Ce jus « sature » les liquides digestifs qui peuvent se superposer aux voies biliaires et empêcher leur analyse exhaustive.

Vous serez installé sur le dos avec un casque, au moyen duquel la manipulatrice vous donnera certaines consignes pendant l’examen.

En fonction des indications, une injection de gadolinium (produit de contraste spécifique à l’IRM) sera pratiquée.

La coopération du patient (immobilité et respiration ou blocage de la respiration à la demande) est primordiale pour une qualité d’image optimale.

La bili-IRM

IRM - examen d'imagerie à Paris l Institut de radiologie de Paris

Il s’agit d’une séquence d’IRM dédiée à l’analyse de l’intestin grêle (ou petit intestin) et en particulier à sa paroi. Ce segment de tube digestif long de six mètres en moyenne peut être le témoin d’une inflammation notamment rencontrée dans la maladie de Crohn.

Sa réalisation nécessite de boire un produit (Fortrans) dilué dans une bouteille d’environ 1 à 1,5 litre chez un patient à jeun. Le produit, préparé par un technicien, devra être bu de façon lente et régulière sur le site de l’IRM pendant environ 45 minutes. Un sirop (menthe ou grenadine) vous sera proposé pour en améliorer le goût.

Vous serez installé sur le ventre avec un casque au moyen duquel la manipulatrice communiquera avec vous.

Une injection d’un produit bloquant momentanément le péristaltisme intestinal sera pratiquée (sauf en cas de risque de glaucome par fermeture de l’angle irido-cornéen), ainsi qu’un produit gadoliné.

L’immobilité complète, ainsi que des apnées, seront nécessaires pour obtenir un examen de bonne qualité.

L’entéro-IRM

IRM - examen d'imagerie à Paris l Institut de radiologie de Paris

L’arthroIRM est une IRM d’une articulation (le plus souvent épaule ou genou) réalisée après injection intra-articulaire d’un produit de contraste gadoliné adapté aux articulations.

On réalise d’abord l’injection articulaire sous anesthésie locale et sous guidage radiologique, puis l’IRM avec des séquences particulières. Ces séquences permettent de mieux identifier les fissures tendineuses ou méniscales qui peuvent dans certains cas être douteuses sur les examens conventionnels.

L’arthroIRM

IRM - examen d'imagerie à Paris l Institut de radiologie de Paris

CONTRE-INDICATIONS

Avant la réalisation de l’examen, le patient est invité à remplir un questionnaire sur d’éventuelles contre-indications à l’IRM. Parmi ces conditions, on peut citer le port d’un stimulateur cardiaque (pacemaker), de certaines valves cardiaques, d’un matériel à injection automatisé (pompe à insuline…), d’implants auditifs ou de tout élément contenant du fer près des yeux ou dans la tête (éclats métalliques), et également le premier trimestre de grossesse. La réalisation de l’examen peut se révéler problématique chez les patients claustrophobes ou obèses.

En cas d’impossibilité de pratiquer l’IRM, le radiologue oriente vers un autre type d’examen qui peut être un scanner. En effet, l’acquisition des images au scanner ne dure que quelques secondes, le confinement est nettement moindre car l’anneau dans lequel se déplace la table d’examen est beaucoup plus large, ce qui peut rassurer les patients claustrophobes. Pour les mêmes raisons, il peut être utile chez les personnes âgées ou pouvant difficilement rester longtemps immobiles en position allongée.

A la fin de l’examen, le radiologue peut avoir besoin de réaliser l’injection d’un produit de contraste gadoliné. Elle peut être motivée par les symptômes ou la pathologie connue du patient ou bien par la nécessité d’obtenir plus de précisions sur une anomalie décelée sur les premières images.

EST-CE DANGEREUX ?

L’IRM est une technique non invasive. Elle n’utilise pas de rayonnement ionisant et n’est pas irradiante. Reposant sur l’utilisation d’un champ magnétique, elle est contre-indiquée chez les patients porteurs de pace-maker, d’autres dispositifs métalliques ou électroniques (cf. contre-indications plus haut), les patients susceptibles d’avoir reçu des corps étrangers métalliques dans les yeux et par précaution au cours du premier trimestre de la grossesse.

Les produits de contraste gadolinés sont généralement bien tolérés. Cependant, des réactions de toxicité peuvent survenir, telles que des réactions allergiques (le plus souvent mineures, à type de boutons d’urticaire) et des effets sur les reins. L’injection de produit de contraste gadoliné est contre-indiquée en cas d’allergie lors d’une injection précédente, d’insuffisance rénale et au cours de la grossesse. En période d’allaitement, il est recommandé de suspendre l’allaitement pendant 24h suivant l’injection.

En savoir plus

PRÉPARER SA VENUE

  • Votre ordonnance
  • Votre carte Vitale et attestation de droits à jour
  • Vos anciens examens en rapport. Si vous avez réalisé vos anciennes radiographies à l’IRP, elles sont archivées pour que le radiologue puisse les comparer si besoin.

Il faut compter une heure et 30 minutes en moyenne entre l’arrivée au cabinet et le départ avec les clichés et le compte-rendu. Naturellement, ce temps peut varier en fonction de l’affluence mais surtout des urgences.

Immédiats, ils seront donnés par le radiologue oralement, puis un compte-rendu écrit vous sera remis. Vous aurez des codes d’accès confidentiels pour vous permettre d’accéder en ligne si besoin à votre examen (images + compte-rendu). Nous vous proposons d’envoyer nous-mêmes le compte-rendu à votre médecin si vous le souhaitez.

LES URGENCES

Pendant les horaires d’ouverture du cabinet et en fonction du degré d’urgence, les radiologues acceptent dans la mesure du possible de réaliser les IRM urgentes ou semi-urgentes.