REIN, VESSIE, PROSTATE

L’imagerie de l’appareil génito-urinaire s’intègre étroitement avec les données cliniques et para-cliniques.

La pathologie est fortement dominée par les maladies cancéreuses et également par les calculs responsables de symptomatologie aiguë ou chronique.

Les maladies de l’appareil urinaire peuvent également concerner des affections infectieuses ou malformatives.

IMAGERIE DES REINS

Les reins représentent des organes vitaux importants.

La défaillance rénale entraîne une diminution des capacités d’épuration, conduisant à l’insuffisance rénale et, dans les cas extrêmes, à la dialyse.

Le cancer du rein est une affection sévère, les chances de guérison étant étroitement liées à un diagnostic précoce, ce que permet l’échographie ciblée qui a révolutionné le pronostic de ce type de cancer. La tomodensitométrie (scanner à rayons X) permet d’effectuer un bilan pré-thérapeutique précis.

La pathologie lithiasique (calcul) peut présenter une forme aiguë : colique néphrétique. Le bilan fait appel à l’échographie et à la radiographie sans préparation ou, mieux, au scanner sans injection de contraste.

Les calculs peuvent revêtir une forme chronique avec des risques d’altération du tissu rénal. Le bilan est généralement obtenu par un uro-scanner avec injection de produit de contraste.

Imagerie rein, vessie et prostate l Institut de radiologie de Paris

IMAGERIE DE LA VESSIE

La pathologie de la vessie est dominée par la pathologie tumorale.

Les lésions peuvent être agressives ou évolutives dans le cadre des lésions infiltrantes.

L’échographie joue un rôle très important dans l’étude de la vessie et dans la détection des lésions tumorales. Cet examen nécessite un certain degré de réplétion vésicale.

Le scanner est généralement utile dans le cadre du bilan d’extension d’une lésion tumorale vésicale.

L’IRM. est plus rarement utilisée: son rôle se limite à l’appréciation de l’infiltration de la paroi vésicale par la lésion tumorale.

La vidange vésicale est parfois gênée chez l’homme par un obstacle au niveau de l’urètre et de la prostate et chez la femme par une ptose vésicale parfois associée à un prolapsus génital.

L’échographie dans ce cas est l’examen déterminant qui permet une évaluation du résidu après miction.

IMAGERIE DE LA PROSTATE

La prostate est de très loin l’organe qui entraîne un nombre important de consultations.

La pathologie bénigneest représentée par une augmentation de volume de la prostate (adénome) à l’origine de troubles mictionnels (mictions fréquentes, impériosités mictionnelles, difficulté à uriner).

L’échographie permet la visualisation de la prostate, en précisant son poids, l’analyse de la vessie et du résidu après miction. L’échographie permet également la recherche d’un retentissement sur le fonctionnement des reins.

La pathologie maligne est dominée par le cancer de la prostate.

L’échographie est surtout utilisée pour le guidage des biopsies de la prostate.

L’IRM présente une importance capitale dans la recherche de zone suspecte et également dans le bilan d’extension locale et régionale du cancer de la prostate.

L’utilisation d’une antenne endo-rectale améliore la qualité de l’exploration.

NOS SPÉCIALISTES

Dr Alain DANA
Radiologue Paris l Institut de radiologie de Paris
Dr Wladimir OWCZARCZAK