Un nouvel EOS à la clinique Arago

 

L’Institut de Radiologie de Paris vient de s’équiper d’un EOS de toute dernière génération. Il s’agit de l’EOS Edge, première machine à être installée en Ile-de-France, en remplacement du précédent système EOS.

Elle vient renforcer le plateau technique de l’IRP à la clinique Arago, située au 187 Rue Raymond Losserand dans le 14ème arrondissement de Paris.

La technologie EOS

L’EOS est une technique d’imagerie qui se rapproche de la radiographie standard, mais qui nécessite une dose beaucoup plus faible de rayons X.

Elle réalise de manière rapide des clichés debout (position fonctionnelle), de face et de profil de manière simultanée, dans une cabine ouverte et sur une plateforme motorisée.

Son champ de vue est large, et peut aller jusqu’au corps entier projeté dans son ensemble sur un grand cliché de face et un grand cliché de profil.

L’EOS Edge

Comparativement à l’EOS de 1ère génération, l’EOS Edge offre une résolution encore meilleure grâce à un pixel plus petit (100 µm de résolution contre 250 µm précédemment).  La qualité

des images en est nettement augmentée. Elle est désormais similaire à celle des radiographies dites « standard » réalisées avec un capteur plan.

Il diminue encore plus l’irradiation, en particulier des enfants, du fait de protocoles d’acquisition qui adaptent automatiquement la dose à l’épaisseur du patient à traverser (technologie Flex Dose), combinés à la technologie antérieure Microdose. Une partie plus fine du corps (le cou par exemple) recevra ainsi moins de dose qu’une partie plus épaisse.

L’ouverture de la cabine permet d’améliorer le confort du patient qui n’a plus de marche à monter et l’examen est plus court.

Applications

Grâce aux outils de traitement des images, le radiologue peut réaliser des mesures 3D orthopédiques précises (longueur des membres, des os, angles de déviation scoliotique du rachis…), qui améliorent la prise en charge orthopédique des membres inférieurs et du dos. A la clinique Arago, ces mesures aux membres inférieurs sont réalisées en routine avant prothèse de hanche et de genou, afin que le chirurgien adapte la prothèse et sa position lors de la planification préopératoire. Des clichés EOS sont également réalisés dans le suivi des prothèses.

Le nouvel EOS permet de voir les détails des différents composants des prothèses, notamment des jonctions entre les pièces emboîtées les unes aux autres : meilleure visualisation du cône morse, de la céramique dans le fond métallique du cotyle (metal-back). Les chirurgiens ont été agréablement surpris de visualiser avec autant de détail leurs prothèses. L’analyse des prothèses est donc meilleure, en particulier dans les cas de douleurs persistantes incomprises.

L’autre grande utilisation est le bilan des douleurs rachidiennes et la prise en charge des scolioses. L’amélioration de la qualité image avec le nouvel EOS permet de mieux détecter les anomalies vertébrales : malformation, lyse isthmique, tumeurs… Ce système a toute son importance chez les enfants et adolescents, dans le diagnostic et le suivi des scolioses, cyphose ou bascule du bassin.

Grâce à cet examen d’imagerie de très haute qualité et à basse dose de rayonnement, l’IRP offre un nouveau standard de soin à ses patients, pour une meilleure prise en charge pédiatrique et orthopédique.